L’echo des concierges

01sep

La rentrée à Paris

Ecrit par james, le 01 septembre dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions

Au Musée du Quai Branly, plongez-vous dans la culture polynésienne avec Tiki Pop, l’Amérique rêve son paradis polynésien. Un retour dans les Etats Unis des années 50, quand les Américains, malgré leur réussite et leur richesse, ne rêvaient que d’une vie douce dans les mers du Sud, débarrassés de toute contrainte et de toute pression. 400 objets sont présentés, principalement issus de collections privées américaines. Jusqu’au 28 septembre.

Christian Dior, Balenciaga, Chanel, Givenchy, Pierre Cardin, Yves Saint Laurent… Le Palais Galliera rend hommage aux plus grands créateurs avec Les années 50, la mode en France, 1947-1957. L’élégance à la française était alors à son apogée – guêpières, jupes à corolle, escarpins pointus, imprimés fleuris ou rayés, jupes crayons… – alors qu’une mode plus décontractée voyait également le jour, avec des pantalons corsaires, des pulls moulants… La mode d’aujourd’hui en quelque sorte ! Jusqu’au 2 novembre.

Ballet

Le Palais Garnier accueille ce mois-ci deux productions : Two Cigarettes in the Dark, une chorégraphie de Pina Bausch interprétée par la compagnie du Tanztheater Wuppertal, et un regroupement de trois œuvres, Lander / Forsythe, interprété par le Ballet de l’Opéra, comme une réflexion sur l’histoire de la technique de la danse classique. Du 1er au 7 septembre et du 20 septembre au 4 octobre.

Restaurants

La carte de rentrée au restaurant trois étoiles Michelin « Ledoyen » de Yannick Alleno, a été imaginée autour de produits d’exception : agnoliti à l’artichaut et parmesan, chantilly de roquette et truffes noires râpées à votre table ; homard bleu piqué à la verveine, pommes de terres aux girolles et aux abricots ; turbot de ligne en deux services ; fondant au chocolat sous un mikado acidulé, biscuit aux algues et sorbet yuzu. La perfection. 1 avenue Dutuit, 8ème.

Après la fermeture du Passiflore, c’est Jérémie Tourdjman qui reprend le flambeau de cette belle adresse du 16ème arrondissement. Passé par le Carré des Feuillants, Le Louis XV à Monaco et le Violon d’Ingres où il était chef, il vous régalera avec sa crème de petits pois à la menthe, son orzotto safrané aux chipirons sautés au chorizo, ou encore ses abricots rôtis aux amandes et glace vanille. Menus à 40 Euro au déjeuner, 65 Euro au dîner. Fermé le samedi midi et le dimanche.
Jérémie, 32 rue de Longchamp, 16ème.


01jui

Si vous êtes à Paris cet été…

Ecrit par james, le 01 juillet dans la catégorie L'echo des concierges, Sortir à Paris, 0 commentaire

Expositions

Le Musée des Arts Décoratifs consacre une exposition inédite au créateur de mode belge Dries Van Noten. Un voyage au cœur de son univers et une plongée dans ses sources d’inspiration, pour nous faire rentrer dans son processus de création. Prolongations jusqu’au 2 novembre.

Profitez des beaux jours pour déambuler dans les jardins du Château de Versailles ! Cet été, les allées du jardin seront investies par les œuvres contemporaines de l’artiste coréen Lee Ufan. Sans oublier le majestueux spectacle des Grandes Eaux Musicales qui vous feront découvrir les bosquets, bassins et eaux jaillissantes au rythme de la musique. Lee Ufan jusqu’au 2 novembre, Grandes Eaux Musicales jusqu’au 26 octobre.

Musique

Comme chaque été, le Paris Jazz Festival investit le Parc Floral ! Un programme encore plus dense cette année pour célébrer sa vingtième édition. Artistes de renom, week-end French Touch, Explorations, Jazz Afrique ou encore Classicisme… tous les amateurs de jazz seront comblés ! Jusqu’au 27 juillet.

Restaurants

Les Guinguettes
Cet été, c’est le retour en vogue des guinguettes. Immortalisées par les Impressionnistes, voici notre sélection (pour l’ambiance plus que la gastronomie) ! Pour la plus authentique, direction Joinville-le-Pont : Chez Gégène, une institution avec son bal musette et ses moules-frites ! Pour une ambiance plus bucolique, découvrez la Guinguette de Neuilly sur l’Ile de la Jatte et sa cuisine bistrot.

Les Terrasses
La nôtre bien sûr, et ses tonnelles-montgolfières ! Venez y découvrir notre Bar à Rosés, de quoi voir la vie en rose tout l’été ! Jusqu’au 30 septembre.
Nous vous recommandons aussi le Petit Palais au Grand Palais, Monsieur Bleu au Palais de Tokyo, Wanderlust à la Cité du Design (un peu bruyant mais une folle ambiance) et la Closerie des Lilas (une institution et l’adresse favorite des intellectuels).

Bel été au Saint James Paris !


01jui

Juin à Paris : à vos agendas !

Ecrit par james, le 01 juin dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions

La Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent met en lumière les Femmes Berbères du Maroc et la richesse du patrimoine amazigh. Sa langue, ses savoir-faire comme la poterie ou le tissage n’auraient pu survivre sans les femmes qui ont su transmettre leur apprentissage. Une occasion également pour admirer la beauté des parures berbères, et leur diversité selon la région. Jusqu’au 20 juillet.

Le Trésor de Naples est à découvrir au Musée Maillol. En 1527, un pacte était signé entre San Gennaro (Saint Janvier), mort plus de 1200 ans auparavant, et les Napolitains. Il devait les protéger de la peste et des éruptions du Vésuve en échange de la constitution d’un trésor et d’une nouvelle chapelle au cœur de la cathédrale. L’exposition présente les plus importants chefs d’œuvre de ce colossal trésor. Jusqu’au 20 juillet.

Opéra

Au Palais Garnier, vous assisterez à L’Incoronazione di Poppea (Le Couronnement de Poppée), ultime chef d’œuvre de Monteverdi. Dans cet opéra du désir et de la séduction, la beauté de Poppée ensorcelle Néron, tue Sénèque, provoque l’exil d’Othon et la répudiation d’Octavie : c’est l’Amour et lui seul qui peut changer la face du monde. La musique est enivrante, comme la mise en scène signée Robert Wilson. Du 7 au 30 juin.

Restaurants

En lieu et place du Rino de Giovanni Passerini, nous vous recommandons Les Déserteurs. Qui sont-ils ? Daniel Baratier et Alexandre Céret, deux anciens du Sergent Recruteur (l’un était second et l’autre sommelier), qui ont uni leurs forces pour proposer un travail d’orfèvre très prometteur ! Asperges blanches, crème d’ail et boutons d’ail des ours ; Féra du Léman dans un bouillon au yuzu, artichauts poivrade ; Cheesecake et son sorbet d’orange de Kalamata, … C’est délicieux et agrémenté d’une alléchante cave. Menu déjeuner à 28 Euro, de 45 à 60 Euro au dîner. 46 rue Trousseau, 11ème.

Passé par Apicius, Drouant, Ze Kitchen Galerie et Pan, c’est au Dix Huit que le chef philippin Aaron Isip envoie désormais ses jolies assiettes : Ceviche de dorade rose, radis en pickles, oignons rouges et neige de pamplemousse ; Turbot et sa sauce moussée de coques et palourdes au lait de coco, pak choï, pourpier et écrasé de vitelotte ; Gaspacho de fraises, feuilles de peppermint et litchi. Dans le quartier cossu des Ternes, cette nouvelle adresse ne devrait pas tarder à faire l’unanimité ! Formule déjeuner à 24 Euro, 39 à 44 Euro à la carte. 18, rue Bayen, 18ème.


01mai

A ne pas rater en mai à Paris

Ecrit par james, le 01 mai dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions

Le Grand Palais et le Musée Rodin célèbrent un maître de la photographie, Robert Mapplethorpe : le premier lui consacre sa première grande rétrospective rassemblant 250 de ses œuvres, le second met en scène un face-à-face étonnant entre sa carrière et celle du sculpteur Rodin. Une confrontation inédite entre deux génies de l’expression corporelle, obsédés par les courbes parfaites. Jusqu’au 14 juillet au Grand Palais, et jusqu’au 21 septembre au Musée Rodin.

Au Musée Jacquemart André, vous plongerez dans des décors champêtres à la végétation luxuriante avec De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes. Une exposition dédiée à ce genre pictural initié par Watteau au début du 19ème siècle, mettant en scène le sentiment amoureux. Des lignes courbes et des couleurs claires pour des tableaux respirant l’élégance et le raffinement. Jusqu’au 21 juillet.

Opéra

Le Théâtre du Châtelet accueille un opéra de John Adams, A Flowering Tree. Inspiré d’un conte populaire indien, l’œuvre raconte l’histoire d’une jeune femme transformée en arbre qui ne pourra retrouver son apparence humaine que grâce à l’amour de son prince. Commandée à l’occasion du 250ème anniversaire de la mort de Mozart, la référence à La Flûte Enchantée est revendiquée ! Une partition riche, et une mise en scène signée Vishal Bhardwaj, cinéaste de Bollywood. Du 5 au 13 mai.

Restaurants

Nouvelle adresse pour les propriétaires de Tahim (rue de Richelieu) : Balm, situé face au Ministère de la Culture. Carpaccio de Saint Jacques, tartare de betteraves et granny Smith ; cabillaud en vapeur de romarin, pousses d’épinards et sauce vierge ; et en dessert un éclair au caramel, spéculos et café. C’est frais et délicieux. Compter 70 à 80 Euro à la carte, menus à 48 et 78 Euro. Fermé dimanche et lundi. 6 rue de Valois, 1er.

Réouverture du Flandrin, au cœur de la station Avenue Henri Martin. Dans un décor signé par le même designer que Monsieur Bleu, vous dégusterez une cuisine classique bien exécutée et pourrez profiter aux beaux jours de l’agréable terrasse. Petit aperçu de la carte : poireaux crayons, œuf mollet, vinaigrette à la moutarde d’Orléans ; bar entier cuit au four, artichauts violets, sauce vierge au coriandre ; tarte citron inversée… Compter 80 à 100 Euro par personne. Ouvert tous les jours. 4 place Tattegrain, 16ème.


01avr

A faire en Avril. A vos tablettes !

Ecrit par james, le 01 avril dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions

Le Musée du Quai Branly met à l’honneur Les Indiens des Plaines. L’exposition met en lumière l’esthétisme de ce peuple et la continuité de son art du 16ème au 20ème siècles  malgré les bouleversements culturels et politiques de la période. En témoignent les 140 objets et œuvres présentés, peintures, dessins, sculptures, broderies, mais aussi parures de plumes, costumes… Du 8 avril au 20 juillet.

Revivez les heures les plus fastes de Paris au Petit Palais avec Paris 1900, la Ville Spectacle ! A l’heure où la ville accueille l’Exposition Universelle pour célébrer le 20ème siècle, le monde entier a les yeux tournés vers la capitale française, cité du luxe et de l’art de vivre. Peintures, objets d’art, costumes, affiches, photos, films, meubles, bijoux… L’exposition vous plonge dans le Paris de la Belle Epoque. Du 2 avril au 17 août.

Opéra

L’Opéra Bastille accueille  La Flûte Enchantée, œuvre ultime de Mozart. Cette fable populaire raconte l’histoire d’un homme parti délivrer sa belle des griffes d’un mage tyrannique. Conte merveilleux et comédie populaire à la fois, ce chef d’œuvre est considéré comme le testament lyrique de Mozart. Jusqu’au 15 avril.

Restaurants

Nouveau restaurant en lieu et place du Passiflore, à quelques pas du Saint James Paris : Le Jérémie. Son Chef, passé par Le Violon d’Ingres, Le Louis XV et Le Carré des Feuillants propose une cuisine de marché raffinée : Ravioles de homard, Saint Jacques et orzotto aux courgettes, Big Burger de Jérémie, Mille-feuilles à la vanille… Bons vins à prix abordables. Compter 50 à 70 Euro. Fermé samedi midi et dimanche. 33 rue de Longchamp, 16ème.

Dans un décor Shangaï années 30, retrouvez la Chef Thiou (qui a quitté le restaurant éponyme) au Mary Goodnight, anciennement Tsé. Vous y dégusterez une excellente cuisine thaï : Salade de poulet au lait de coco et galanga, Pad thaï de crevettes aux nouilles fines, Tigre qui Pleure (dont elle avait lancé la mode aux Bains Douches). Le tout dans une ambiance branchée. Compter 60 à 90 Euro. Ouvert tous les jours, brunch le dimanche et DJ les vendredi et samedi. 78, rue d’Auteuil, 16ème.


04mar

A ne pas rater à Paris en Mars !

Ecrit par james, le 04 mars dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions
Les amateurs d’architecture et de dessin apprécieront l’exposition « Peupler les cieux » au Musée du Louvre. De la conception à l’exécution des plafonds, le dessin joue un rôle central, ce qui a inspiré plusieurs artistes et peintres français, de Simon Vouet aux élèves de Charles Le Brun. Explications tout au long de l’exposition et présentations d’œuvres d’art telles que le Palais Mazarin, le Palais du Louvre, et même les Tuileries. Jusqu’au 19 mai.

Quelles forces vous habitent ? C’est le thème de « Star Wars Identité », une exposition interactive dédiée à la saga de George Lucas. Celle-ci propose, en plus de découvrir 200 costumes et pièces originales, d’explorer notre personnalité à travers une aventure animée inédite. A la Cité du Cinéma, jusqu’au 30 juin.

Ballet
Le Palais Garnier propose une combinaison de ballets contemporains, créés par deux pionnières de la danse moderne : « Mademoiselle Julie » de Birgit Cullberg et « Fall River Legend » d’Agnès De Mille. L’engagement du corps et la passion de leurs personnages torturés font de cette composition un moment tragique, saisissant et profondément théâtral. « Cullberg / De Mille », jusqu’au 13 mars.

Restaurants
Véritable événement pour ce début d’année 2014, la sortie du Guide Rouge ! Cette année encore de nombreuses étoiles Michelin ont été décernées à des restaurants parisiens. Voici notre sélection :

Commençons bien sûr par notre Chef Virginie Basselot, qui s’est vue décerner sa première étoile grâce à sa cuisine savoureuse, aérienne et bourgeoise. Elle a réussi ce challenge avec toute sa brigade et accompagnée en salle par le très beau service de Nicolas, David, de leurs maîtres d’hôtels et de leur équipe. Bravo à eux !

Jin (1er) avec le Chef Taku, pour sa cuisine japonaise fraîcheur.

Le Septime (11ème), le néo-bistrot parisien le plus tendance du moment, maîtrisé par le Chef Bertrand Grébaut.

Goust (2ème), une création d’Enrico Bernardo élu meilleur sommelier du monde avec le Chef José Manuel Miguel et ses inspirations espagnoles.

Enfin, 2 étoiles Michelin ont été décernées à Akrame (16ème) et son Chef Akrame Benallal pour ses superbes créations simples et inventives.


01jan

Janvier à Paris – à ne pas manquer

Ecrit par james, le 01 janvier dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions
Jamais une exposition de cette importance n’avait été consacrée à la maison Cartier, le « joaillier des rois et roi des joailliers ». Plus de 600 bijoux, montres, pendules, création d’accessoires et la célèbre panthère – emblème de la marque – prennent place dans le Salon d’Honneur du Grand Palais pour représenter l’histoire de cette grande maison, créateur de chefs d’œuvre éclatants. Jusqu’au 16 février.

Découvrir comment la garde-robe de l’homme actuel se crée, c’est le thème de l’exposition photographique  « Au Masculin ! » qui a lieu en ce moment à la Cité de la Mode et du Design. Comment les standards d’hier dictent-ils les tendances de demain ? A quel point des styles qu’on pensait oubliés reviennent-ils dans nos dressings ? Prolongations jusqu’à la Journée de la Femme, le 8 mars 2014 !

Spectacle
Elégantes, belles et sophistiquées, ce sont les « Mugler Follies » ! Après le monde de la mode, le grand couturier prend un virage détonnant : celui du cabaret. Installé dans une salle de théâtre Art déco mythique, Thierry Mugler revisite la revue avec un show érotique et stylé. Jusqu’au 28 février.

Restaurants
Voici quelques idées gourmandes selon le Palmarès du Figaroscope :

Catégorie « le meilleur bientôt 3 étoiles » : Le Meurice avec Alain Ducasse aux commandes. Très grande cuisine servie dans une sublime salle à manger. 228 rue de Rivoli, Paris 1er.

Catégorie « meilleur japonais » : Okuda par Toru Okuda, star de la cuisine nippone qui a planté ses couteaux à Paris. Adresse hors du temps aux rituels japonais ultra codifiés. Compter 250€ le menu soir. 7 rue de la Trémoille, Paris 8ème.

Catégorie « meilleur bistrot » : Caillebotte, l’annexe du Pantruche. Bistrot à la décoration très actuelle, on dit que l’ambiance sert d’antidépresseur. Cuisine simple et goûteuse, un régal. 8 Rue Hippolyte Lebas, Paris 9ème.


02déc

A ne pas manquer à Paris en décembre

Ecrit par james, le 02 décembre dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions
Après quatre ans de rénovation, le Palais Galliera réouvre avec une exposition consacrée à Azzedine Alaïa. Véritable sculpteur de tissus et amoureux des femmes « qui font la mode » tandis que lui « fait des vêtements », il a su inventer de nouvelles morphologies en jouant avec des coutures complexes. Révélateur de top-modèles (Naomi Campbell, Linda Evangelista, …) et récompensé à de multiples reprises, son influence sur la mode est encore considérable. Jusqu’au 26 janvier.

Frieda Kahlo et Diego Rivera sont à l’honneur au Musée de L’Orangerie qui leur consacre l’exposition L’Art en fusion. Le parcours confirme la complémentarité des œuvres de ce couple mythique de l’art mexicain, comme pour témoigner de leur divorce impossible malgré leur séparation de fait. Jusqu’au 13 janvier.

Ballet
L’Opéra de Paris accueille l’un des joyaux du patrimoine de la danse, « le ballet des ballets » comme aimait à dire Noureev : La Belle au Bois Dormant. Créé à Saint Petersbourg par Marius Petipa pour la chorégraphie et Tchaikovski pour la musique, ce « ballet féérie », imaginé d’après le conte de Charles Perrault, a été repris dans sa version originale par Noureev pour l’Opéra de Paris en 1989. Combat entre les forces du Bien et du Mal, c’est un spectacle plein de virtuosité dans les ensembles et les pas-de-deux,  et plein de fastes dans les décors et les costumes. Jusqu’au 4 janvier à l’Opéra Bastille.

Restaurants
Après la Mutualité, Yannick Alleno ouvre un deuxième Terroir Parisien, cette fois-ci à la Bourse de Paris au cœur du Palais Brongnard. Régalez-vous de son pâté en croûte de volaille, du saucisson de ris de veau – épinards, ou d’une tourte aux poires crème patissière appelée Niflette ! A moins que vous ne préfériez grignoter au Bar à rillettes ! Tous les produits sont issus de l’Ile de France. Compter environ 50 Euro. Ouvert tous les jours. 28 place de la Bourse, 2ème.


04nov

A découvrir en Novembre à Paris

Ecrit par james, le 04 novembre dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions
Le Musée Marmottan Monnet consacre une exposition inédite intitulée Les Sœurs de Napoléon, trois destins italiens. Une plongée dans l’univers prestigieux de la vie privée et publique d’Elisa, Pauline et Caroline Bonaparte, princesses et reines d’Italie, de leur vie parisienne à leurs règnes italiens, et au travers de près de 140 œuvres. Jusqu’au 26 janvier.

Europunk, une révolution artistique en Europe enflamme la Cité de la Musique. L’exposition montre l’importance de ce courant alternatif sur la création artistique en Europe à la fin des années 1970 (Jamie Reid, collectif Bazzoka, Vivienne Westwood…). Fanzines, affiches, flyers, pochettes de disques, vêtements… 500 œuvres viennent témoigner de la vitalité de ce mouvement qui voulait faire table rase du passé. Jusqu’au 19 janvier.

Comédie Musicale
Le Théâtre Mogador accueille La Belle et la Bête, le musical aux 13 ans de succès à Broadway et 35 millions de spectateurs dans 21 pays. Histoire éternelle d’une jeune femme rêveuse et romantique au cours de laquelle la méfiance laisse place à l’amour, ce spectacle est porté par les superbes chansons d’Alan Menken et Howard Ashman (récompensées par 2 oscars), interprétées par 35 artistes et un orchestre live. A ne pas manquer jusqu’au 31 mars.

Restaurants
Nouvelle adresse pour une cuisine néobistro : Rocca, avec à sa tête le fils du journaliste Franz Olivier Gisberg. Un joli décor pour déguster un tataki de thon laqué au sésame noir, une burrata relevée d’une escabèche de légumes acidulés et crème d’olives noires, des tagliatelles de blé noir aux cèpes, un ceviche de bar, mini concombre, oxalis et huile de pistache, et pourquoi pas un délicieux moelleux au chocolat servi sur une pâte de shortbread, purée de piment, gelée de coing et espuma à la menthe. Compter 50 Euro. Fermé samedi et dimanche. 31 rue Guillaume Tell, 17ème.

Pour les amateurs de cuisine japonaise, Okuda, célèbre au Japon, ouvre un restaurant de 20 couverts en lieu et place d’Al Mansour. Une fabuleuse cuisine pour un voyage au pays du soleil levant, et des prix qui en témoignent : menu à 175 Euro au déjeuner et 250 Euro au dîner. Ouvert tous les jours. 7 rue de la Trémoille, 8ème.


01oct

A ne pas rater en octobre à Paris

Ecrit par james, le 01 octobre dans la catégorie L'echo des concierges, 0 commentaire

Expositions
Le Grand Palais propose l’exposition-événement de la rentrée. Félix Valloton : le feu sous la glace met en lumière l’œuvre d’un artiste unique, proche des nabis mais au style très personnel, avec ses dessins précis et ses couleurs raffinées. Portrait, nu, paysages ou natures mortes : des tableaux renversant de modernité, tout en distance et en retenue. Du 2 octobre au 20 janvier.
Quel pied ! Au Palais de Tokyo, le génie créatif de Roger Vivier est mis à l’honneur. Virgule, etc. Dans les pas de Roger Vivier nous plonge dans l’univers du maître des souliers, plus « inventeur » que « chausseur » et de celui qui lui a succédé, Bruno Frisoni. Un univers féérique, culte et sculptural, pour un hommage à celui qui fut l’un des seuls collaborateurs d’Yves Saint Laurent et qui chaussa les plus grandes figures de son temps. Un des symboles du chic parisien. Jusqu’au 18 novembre.

Opéra
Un demi-siècle après sa dernière représentation, Aida est de retour sur la scène de l’Opéra de Paris. Cet opéra fut commandé à Verdi pour célébrer la paix entre les peuples, mais se révèle être un opéra de guerre, entre affrontements sanglants et combats intérieurs des personnages. Une œuvre flamboyante et un des plus beaux chefs d’œuvre de Verdi. Jusqu’au 16 novembre à Bastille.

Restaurants
Voici une bonne excuse pour rater son train ! Eric Fréchon, chef triplement étoilé du Bristol, vient d’ouvrir au cœur de la Gare St Lazare, son nouveau restaurant, Le Lazare. Dans un beau décor de bois, de cuir et de cuivre, on s’y régale à prix raisonnable : salade de rattes à l’andouille de Guéméné, œuf mimosa au thon et crabe, entrecôte de veau de Corrèze, beurre persillé et girolles, et en dessert le futur célèbre Paris-Deauville. Ouvert tous les jours. Parvis de la gare St Lazare, cour intérieure, 8ème.